Wauquiez se justifie après avoir cumulé des droits à la retraite au conseil d'État sans y travailler

#politique

Haut-fonctionnaire, le président LR de la région Auvergne-Rhône-Alpes s'est mis en détachement depuis qu'il est entré en politique, en 2004.

Accusé par le patron des députés Nouvelle gauche d'occuper un «emploi fictif», il a décidé de porter plainte.

Va-t-on vers un nouveau feuilleton?

Après que la campagne présidentielle de François Fillon a été perturbée par les affaires, voici que la campagne de Laurent Wauquiez pour la présidence de LR est elle aussi polluée par certaines révélations. Lyon Capitale a épinglé le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes pour s'être mis en détachement du conseil d'État en 2004 et avoir continué depuis de cumuler ses droits à la retraite auprès de la plus haute juridiction française.

Comme le rappelle le site d'actualité locale, l'ancien maire du Puy-en-Velay (Haute-Loire) a débuté sa carrière de haut-fonctionnaire en tant qu'auditeur de seconde classe, le 1er avril 2001, avant d'être promu maître des requêtes, trois ans plus tard, le 1er avril 2004.

Un poste auquel il a officié pendant deux mois, jusqu'à son élection en tant que député de la première circonscription de Haute-Loire en 5 juillet 2004. Il s'est alors mis en détachement du conseil d'État, une situation qui lui permet de continuer à cotiser pour la retraite. Effective depuis 13 ans, cette situation a été prolongée jusqu'en 2022 par un arrêté du 4 septembre 2017.

 

>>> Lire la suite sur LeFigaro