· 

Ces baskets sont fabriquées avec… du chewin-gum recyclé

#societe

En moyenne, un chewing-gum usagé met 5 ans à se dégrader. Voici peut-être une solution de recyclage.

Nettoyer les troittoirs de manière originale

Pour lutter contre ces déchets, la ville d’Amsterdam, le designer Explicit Wear et la société de développement durable Gumdrop ont conçu une chaussure fabriquée à partir de la pâte à mâcher recyclée. Appelée Gumshoe, la semelle de cette basket est en « Gum-Tec », une gomme composée à 20% de chewing-gum recyclé.

Ce que l’on appelle la gomme de base, principal constituant tous les chewing-gums, est « faite à partir d’un caoutchouc synthétique (tel que le latex).

En décomposant ces propriétés, nous avons pu créer un nouveau type de caoutchouc« , explique Anna Bullus, directrice générale de Gumdrop. La gomme des semelles d’une paire de ces baskets est constituée d’environ 250 grammes de chewing-gum.

Considérant le fait que chaque année, il y aurait près de 1500 tonnes de chewing-gum sur les trottoirs d’Amsterdam, cela pourrait permettra à la ville de faire des économies de nettoyage, et de proposer un concept original.

Le procédé technique est étrangement similaire à celui étudié par chercheurs voulant recycler le plastique des bouteilles des boissons. Les chewing-gums ramassés sur les trottoirs de la ville d’Amsterdam sont transformés en granulés et sont ensuite moulés dans la semelle de la chaussure. De plus, cette semelle en Gum-Tec présente une carte de la ville.

« Nous avons commencé à chercher un moyen de sensibiliser les gens à ce problème (…)

C’est à ce moment-là qu’est apparue l’idée de concevoir un produit que les gens désirent à partir de quelque chose dont personne ne se soucie« , explique Jonathan Van Loon, porte-parole du projet, dans un e-mail transmis au média The Verge.

Vers des semelles interchangeables ?

Le concept pourrait être poussé encore plus loin, puisque l’entreprise étudie la possibilité de proposer aux clients de remplacer la semelle lorsqu’elle est usagée, un peu de la même manière que l’on remplace les pneus d’une voiture. Les créateurs veulent étendre le projet à d’autres grandes villes, et veulent promouvoir un moyen durable et original de se débarrasser de leur chewing-gum.

Les chaussures seront disponibles en juin en rose, noir ou rouge au prix de 190 €.