· 

Pascal Légitimus: "Le jour où Mylène Farmer me bat au ping-pong"

#people

Un beau dimanche de 1999, je suis dans la maison de campagne de Claude Zidi qui coproduit mon film « Antilles sur Seine ». Arrive Mylène Farmer, qui aime autant que moi jouer au ping-pong !

Claude Zidi reçoit souvent ses amis dans sa maison à côté de Paris.

Ce jour-là, je viens pour lui parler de la préparation de mon film sur la communauté antillaise.

 

On discute boulot dans une ambiance décontractée. Débarque Mylène Farmer, une très bonne amie de ma directrice de production.

C’est une femme et une artiste que j’apprécie, même si nous nous sommes à peine croisés. Dans le parc, il y a une table de ping-pong et nous découvrons que nous sommes joueurs l’un et l’autre. Depuis mon enfance, je vis avec une raquette à la main ! J’aime bien ce jeu pour son rapport à l’autre : dans les sports d’équipe, on n’a pas le temps de discuter.

 

Le ping-pong, ça me détend, on n’est pas obligé de faire des matchs sérieux.

Mylène et moi commençons à échanger quelques balles pour le fun, tout en évoquant à bâtons rompus nos carrières, nos projets.

Elle me dit qu’elle aime beaucoup Les Inconnus, moi je lui confie que j’adore son univers ; d’ailleurs, je suis allé à deux de ses concerts.

On papote, on joue sans enjeu.

C’est un moment privilégié, comme un huis clos à deux.

Petit à petit, nous prenons goût au jeu et nos échanges de balle deviennent plus vifs.

Nous décidons de faire un vrai match. Mylène me bat une fois, je remporte le deuxième match et, au troisième, elle gagne de peu, genre 17-21, mais quand même ! Mon amour-propre en prend un coup, moi qui estime, à 40 ans, être un excellent joueur.

 

>>> Lire la suite sur ParisMatch